Booking.com bientôt encadré en Suisse

Booking.com bientôt encadré en Suisse

Rédaction online 01.05.2015, source: http://www.bonasavoir.ch

Le site de réservation en ligne impose aux hôteliers des clauses pouvant nuire à la concurrence. La France vient d'agir. En Suisse, la COMCO interviendra en septembre.

Il y a quelques jours, Booking.com pliait en France: suite à la pression des hôteliers, l'entreprise décidait, en accord avec l'Autorité de la concurrence qui suivait le dossier, de renoncer à une partie des clauses de parité tarifaire et de disponibilité qu’elle imposait aux établissements. Plus simplement dit, les hôtels français peuvent dorénavant proposer des prix plus bas sur des plateformes de réservation en ligne concurrentes ainsi que sur leurs propres canaux de vente «hors ligne» (par téléphone, par mail ou sur place).

Des décisions similaires ont été prises en Suède et en Italie. Il s'agit, à priori, d'une bonne nouvelle pour les consommateurs: avec une concurrence renforcée entre les différents prestataires actifs dans la réservation de chambres hôtelières, les prix devraient baisser.

En Suisse, le dossier est en main de la Commission de la concurrence (COMCO). Va-t-elle bientôt agir? «Nous sommes à bout touchant, répond le vice-directeur Olivier Schaller. L’analyse est terminée et la commission devrait prendre sa décision en septembre. Et contrairement aux récents arbitrages de nos voisins européens, cela concernera toutes les plateformes de réservation en ligne et pas seulement Booking.com.»

Les hôteliers suisses espèrent surtout que la COMCO sera plus incisive! «Nous regrettons la décision prise par les autorités de la concurrence en France, en Suède et en Italie, réagit notamment hotelleriesuisse, qui représente 2051 établissements dans notre pays, car les hôteliers ne peuvent toujours pas proposer des prix inférieurs à ceux de Booking.com sur leur propre site Web. Or, en Suisse, ce prestataire domine le marché avec une part de 70% de toutes les réservations effectuées en ligne. Une telle décision n'apporterait donc aucun avantage aux hôteliers.»

Loïc Delacour

source: http://www.bonasavoir.ch/actu_online.php?id=921405&page=1